Depuis le 1er janvier 2018, 11 vaccins sont désormais obligatoires. Tous les enfants nés depuis cette date seront protégés contre 11 maladies.Depuis l’apparition de la vaccination, d’énormes progrès ont été faits. Et elle a permis de diminuer le taux de mortalité ainsi que les séquelles, qui la plupart du temps se déclarent dans l’enfance.

Les origines du vaccin :

C’est au XIXe siècle que Louis Pasteur (1822-1895), docteur en sciences, s’intéresse sur le rôle des microbes dans la survenue de maladies infectieuses. En 1881, il énoncera le principe de vaccination « des virus affaiblis ayant le caractère de ne jamais tuer, de donner une maladie bénigne, qui préserve de la maladie mortelle » et débute ainsi ses recherches sur la vaccination humaine.
En 1885 il prépare avec succès le premier vaccin humain à virulence atténuée contre la rage. Par la suite, il fonde une école de pensée scientifique où y participent chercheurs en infectiologie, immunologie, parasitologie et génétique. L’institut Pasteur sera fondé en 1888 en France avec une vingtaine d’implantations en Europe et Outre-Mer. 
Au début du XXe siècle, les chercheurs de l’institut Pasteur vont mettre au point les vaccins BCG contre la tuberculose (1921),puis contre Diphtérie et le Tétanos (1923-1924) et enfin contre la fièvre jaune (1927) et la poliomyélite (1954).
En 1976, la variole est complètement éradiquée, grâce à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui décida 20 ans plus tôt de vacciner toutes les populations vivant en pays endémique.
Dans le milieu des années 1990, c’est au tour de la poliomyélite d’être presque complètement éradiquée. Rare sont ceux qui se souviennent des conséquences de cette maladie. Et pourtant elle provoquait paralysie et atrophie musculaire, empêchant les enfants puis les adultes de marcher.
L’OMS a pour objectif d’éradiquer le maximum de maladies pour lesquelles on dispose d’un vaccin. Dès l’apparition des premiers vaccins, certains pays vont appliquer une politique de vaccination systématique. Le débat entre les partisans de la liberté vaccinale et les tenants d’une protection vaccinale maximale est alors lancé. Il est toujours d’actualité…

Quels sont ces 11 vaccins devenus obligatoires ?

La vaccination est l’une des principales interventions de santé publique ayant contribué au recul des maladies infectieuses (dues à un virus ou une bactérie). Elle a un effet protecteur sur un individu, mais faite de façon massive, elle protège la population entière en ralentissant ou en empêchant la propagation de l’agent infectieux.
Le résultat est satisfaisant pour les maladies dont la vaccination est déjà obligatoire (DTp) ou pour celles dont elle est systématique (coqueluche, Haemophilus Inluenzae b). Pour les autres maladies, la couverture vaccinale est trop faible pour obtenir l’impact attendu sur le fardeau de la maladie, pouvant entrainer des décès ou des séquelles.
L’efficacité des vaccins, devenus obligatoire, est scientifiquement prouvée : Poliomyélite 90%, Tétanos 100%, Diphtérie 96 à 98%, Coqueluche 85-90%, Rougeole 100% (après les deux injections), Oreillons >90%, Rubéole 100%, Hépatite B taux développement anticorps >95%, méningite haemophilus influenzas b 100%, Pneumocoque >90% (pneumonie, méningite, septicémie) et Méningocoque C >90% (méningite, septicémie).
Les effets indésirables (pas toujours présents) sont généralement mineurs et de courte durée :

  • réaction du site d’injection
  • fièvre, douleurs articulaires ou musculaire
  • réaction allergique <1/450000

D’autres effets indésirables parfois attribués à certains vaccins, restent à ce jour infondés.

En 2017, le Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France (composé de différents experts en infectiologie, pédiatrie, microbiologie, immunologie, épidémiologie et économie de la santé) a décidé l’élargissement temporaire du caractère obligatoire des 11 vaccins recommandés chez les nourrissons.
Les formes combinés (plusieurs vaccins en un même injection) seront privilégiées afin de diminuer le nombre de piqures et de rendez-vous chez le médecin. Il faudra néanmoins plusieurs rappels afin de protéger complètement votre enfant. ll est évident que les 11 vaccins ne seront pas fait en même temps.

Quelques recommandations :

Les vaccins se conservent au frigo. La plupart du temps, votre pharmacien vous le délivrera dans une pochette isotherme. Une fois arrivés à votre domicile, rangez-le dans le frigo, entre +2 et +8 degrés. Evitez la porte car a température est trop élevée, ainsi que le fond car il peut geler. Penser à utiliser votre pochette isotherme quand vous irez chez le médecin.

Article rédigé par Irène Devaux, Sage-Femme à la maternité de l'Etoile, Aix-en-Provence.
Image source : santepubliquefrance.fr

Article posté le 11/04/2018 à 06:00:00 Permalink