En 2010, 44 % d’épisiotomie pour un premier accouchement (femmes primipares) et 14 % pour les accouchements suivants (femmes multipares) selon l’Enquête nationale périnatale 2010. Cette méthode n’est cependant pas systématique, elle est décidée par l’équipe médicale en fin d’accouchement.

L'épisiotomie : en quoi consiste-t-elle ?

Concrètement, l’épisiotomie c’est l’intervention chirurgicale qui consiste à élargir le périnée pour que bébé puisse naître. La sage femme va alors couper de 3 à 4 centimètres des muscles périnéaux en faisant une incision précise. Les muscles périnéaux se situent entre la vulve et l’anus. Une fois le bébé sorti, le médecin va immédiatement recoudre l’incision par des fils résorbables. N’ayez crainte, cette opération n’est pas douloureuse. Si la future maman fait appel avant l’accouchement à une anesthésie péridurale, l’épisiotomie ne sera pas du tout douloureuse. Même sans avoir eu recours à la péridurale, l’anesthésie se fait par ce que l’on appelle : « l’anesthésie physiologique ». Il s’agit d’une part de la pression exercée par la tête du bébé qui appuie sur les paroies. D’autre part, la sage femme intervient au moment d’une contraction ou bien d’une poussée importante ce qui ne laisse pas à la maman le temps de réaliser cette nouvelle douleur.

En quoi juge-t-on la nécessité de cette intervention ?

Il y a deux buts principaux de cette opération :

  • Aider bébé à sortir lorsque le périnée est trop étroit.
  • Éviter les déchirures musculaires du périnée qui peuvent avoir de lourdes conséquences.

Au moment de l’accouchement, si l’équipe médicale constate que le bébé est trop gros, qu’il est en danger et qu’il doit naître rapidement; l’épisiotomie est alors souvent pratiqué. On l’a retrouve également :

  • si le bébé né prématuré
  • si l’équipe doit utiliser des forceps ou des ventouses
  • si la maman a déjà eu des déchirures dues à un précédent accouchement.

L’épisiotomie permet aux femmes de conserver l’élasticité du périnée et donc de ne pas faire face à des problèmes tels que :

  • des descentes d’organes (vessie, vagin, utérus)
  • des fuites urinaires (incontinences urinaires)
  • des fuites anales (incontinences anales)

L'épisiotomie : et après ?

Une fois l’accouchement passé, vous serez deux fois plus surveillée en maternité que lors d’un accouchement « normal ». Des sages-femmes passeront régulièrement vous voir afin de vérifier la cicatrisation. Elles vous épauleront afin d’effectuer votre toilette intime qui peut être difficile et douloureuse. Le risque d’infection de la cicatrice étant élevé, il y à de nouveaux gestes d’hygiène à adopter :

  • Après chaque passage aux toilettes, il faut s’essuyer en tapotant avec un mouchoir doux et de bonne qualité. Le papier toilette pouvant irriter la cicatrice et n’étant pas toujours hygiénique.
  • Essuyez vous de l’avant à l’arrière pour ne pas risquer d’infecter la cicatrice par le biais des selles.
  • Sous la douche, lavez vous délicatement avec un savon doux.
  • Changer vos culottes hygiéniques de maternité aussi souvent que possible.

 

Schéma de l'épisiotomie explication babibop

 

 

Si vous avez des questions, envoyez-nous un message sur notre page Facebook ou bien sur le BabiDiscut'

 

Accès directe page Facebook babibopAccès direct compte instagram Babibopfr

Article posté le 23/06/2017 à 00:00:00 Permalink