Vous êtes enceinte ou avez un projet de grossesse. Arrive alors le moment de choisir la maternité dans laquelle vous allez mettre au monde votre enfant. BaBiBop vous explique quelles sont les différences entre chaque niveau et vous aide à comprendre laquelle est la plus adaptée à votre projet de naissance.

Pourquoi existe-t-il différents niveaux de maternité ?

Les maternités ont été classées, fin des années 90, selon leur type de prise en charge et leur niveau de soins pédiatriques. Il est possible que ce soit le terme de votre grossesse et le poids (ou estimation) de votre bébé qui vous dirigent vers un établissement. Cette réorganisation permet aux futures mamans d’accoucher dans la maternité la mieux adaptée au déroulement de sa grossesse afin d’assurer les meilleurs soins à son bébé. Elle a aussi permis de créer des « réseaux de maternités », avec des maternités de niveaux différents. Ces réseaux de maternités sont classés par régions. Elles vont travailler en collaboration afin d’assurer la meilleure prise en charge pour la mère et l’enfant. Elles pourront alors adresser une patiente dans un niveau supérieur si l’évolution de la grossesse le nécessite. On appelle cela le transfert in utéro ou transfert materno-foetal. Dans certains cas, on transfère les nouveau-nés après la naissance. Ceci arrive lorsque la maternité dans laquelle il est né, ne peut pas assurer pleinement sa prise en charge. C’est le transfert néonatal. Le rapprochement mère-enfant se fera par la suite et en fonction des possibilités d’accueil pour la mère.

Qu'est ce que le terme aménorrhée ? 

Maternités de niveau I :

Elles prennent en charge les patientes présentant une grossesse normale, sans pathologie. Elles accueillent les patientes à terme, soit après 37 SA (semaine d'aménorrhée). Elles possèdent un plateau technique et une équipe médicale pour que l’accouchement se déroule dans les meilleures conditions. Elles ont aussi l’équipement nécessaire en cas de césarienne ainsi que le matériel pour la prise en charge du nouveau-né. On y pratique les soins pour les enfants ne présentant aucun problème particulier. Elles ne possèdent pas de centre de néonatalogie. Elles pourront aussi, à condition d’avoir une sage-femme ou un infirmier spécialisé en puériculture assurer certains soins. La surveillance glycémique (taux de sucre dans le sang), réchauffement en couveuse, l’administration de médicaments par voie orale ou en perfusion (traitement de courte durée).

Maternités de niveau IIa :

Elles possèdent une unité de néonatalogie permettant d’assurer 24 heures sur 24 la surveillance et les soins spécialisés des nouveau-nés à risque ou ceux dont l’état s’est dégradé après la naissance (transfert néonatal). Elles accueillent les patientes dont le terme est supérieur à 33 SA (semaines d’aménorrhée) et le poids du bébé est supérieur à 1500 g. Ces maternités doivent posséder au moins 6 lits de néonatalogie avec un infirmier spécialisé pour 6 bébés maximum. On y retrouve un pédiatre présent sur place de jour comme de nuit. Elles pratiquent l’administration de médicaments en perfusion (traitement long), le gavage continu (alimentation par le biais d’un sonde qui descend dans l’estomac) ou l’oxygénothérapie (petit masque avec de l’oxygène qui aide l’enfant qui respire déjà spontanément).

Maternités de niveau IIb :

Elles possèdent en plus des lits de soins intensifs. Il y aura un infirmier spécialisé pour 3 enfants et un pédiatre sur place en permanence, avec une expérience en néonatalogie. Y sont accueillies les patientes dont le terme est d'au mois 30 SA (semaine d'aménorrhée) et les bébés dont le poids est supérieur à 1000 g. Les soins délivrés aux nouveau-nés sont beaucoup plus techniques et spécifiques. Par exemple, la perfusion avec un cathéter central (au niveau du cordon ombilical), oxygénothérapie en continu avec une appareil qui insuffle l’oxygène. Ce type de maternité ne présente pas de réanimation néonatale.

Maternités de niveau III :

Elles auront une unité de néonatalogie ainsi qu’une unité de réanimation néonatale. Le personnel sera plus nombreux (un infirmier spécialisé pour 2 nouveau-nés) et un pédiatre formé à la réanimation néonatale. Elles accueillent les grossesses à partir de 24 SA (semaine d'aménorrhée) et des bébés de plus de 500g.

Article posté le 22/05/2018 à 00:00:00 Permalink