"La peau n’est pas qu’une enveloppe physiologique, elle a aussi une fonction psychologique qui permet de contenir, de délimiter, de mettre en contact, d’inscrire. La peau, par ses propriétés sensorielles, garde un rôle déterminant dans la relation à l’autre.”

ANZIEU D, Le Moi-Peau, Paris, Dunod 1985.

 

Vidéo tournée à l'Etoile, Maternité Catholique de Provence, à Aix en Provence.

 

1. De la couveuse à la pratique du peau à peau.

C’est en 1978,  dans le service de néonatalogie de la maternité de Bogota en Colombie, que l’on voit apparaître la pratique du peau à peau. Ce service a peu de moyens et beaucoup d’enfants prématurés. Les couveuses sont rares et les risques d’infection et d’hypothermie chez ces bébés nés avant terme sont élevés, pouvant à court ou moyen terme causer leur décès....

C’est alors que l’idée vient au Docteur Edgar Rey Sanabria de déshabiller les nouveau-nés et de les installer contre le torse nu de leur mère ou leur père. L’objectif étant de réchauffer ces bébés nés trop tôt. De façon instantanée, un échange thermique se produit. Par ce “corps-à-corps”, le nouveau-né retrouve les 37 degrés dans lesquels il baignait dans le ventre maternel et surtout, sa température reste constante. C’est la naissance des unités kangourou.

Depuis, cette pratique s’est propagée dans le monde entier.

 

2. Les bénéfices.

Depuis son apparition, mis à part la régulation thermique, le peau à peau a mis en avant d’autres bénéfices. C’est pour cela que l’Organisation Mondiale de la Santé ainsi que la Haute Autorité de Santé recommandent cette pratique en salle de naissance de façon continue et prolongée durant une heure minimum.

Les bénéfices identifiés sont :

  • la thermorégulation : la pratique du peau à peau en salle de naissance, ainsi que les jours qui suivent la naissance, permet à votre enfant de maintenir une température corporelle entre 36,5 et 37,5 degrés. Ceci lui évitera de dépenser de l’énergie pour se réchauffer.

  • la régulation de son rythme cardiaque et de sa respiration : la naissance est un moment éprouvant pour un enfant, que ce soit par voie basse avec ou sans extraction instrumentale ou par césarienne. Bien calé contre sa mère, le nouveau-né s'apaise, et sa respiration et son rythme cardiaque se régulent spontanément.

  • la régulation de la glycémie : il s’agit du taux de sucre présent dans le sang. Le maintien de cette glycémie est d’autant plus importante chez le nouveau-né né avant terme. Ce taux peut notamment baisser si votre bébé a du mal à réguler sa température.

  • au niveau neuro-comportemental : rassuré, votre bébé se sent moins perdu, pleure moins. C’est un passage en douceur du ventre de maman au monde extérieur.

  • mise en place de l’allaitement : par la sécrétion d’ocytocine et de prolactine chez la maman.

 

3. Comment installer son bébé en peau à peau.

Pour les premières installations en peau à peau, vous serez encadrée par un personnel soignant, auxiliaire de puériculture ou sage-femme. Veillez à la présence d’une tierce personne, surtout en salle de naissance.

Pour une bonne pratique du peau à peau, vous aurez besoin d’un bandeau de portage et d’un lit ou fauteuil que vous pouvez basculer.

Puis vous allez :

  • installer bébé nu ou avec une couche, avec un bonnet sur la tête.

  • en position verticale, poitrine contre poitrine, toujours à 45 degrés

  • la tête tournée sur le côté

  • les jambes en grenouille et bras repliés

  • ensuite, positionnez le bandeau de portage en dessous de l’oreille

  • si votre bébé veut téter, positionnez-le sur le sein et replacez le bandeau.

A faire et refaire autant que possible !

Dans la continuité du peau à peau, le massage bébé et le portage, sont également bénéfiques pour le bien-être de votre enfant. Alors n’hésitez pas à porter, masser et caresser votre bébé !

Article posté le 04/03/2019 à 00:00:00